La Guillanne

La Guillanne est un lieu-dit désignant un groupe de collines. Tous les protagonistes de Métaquine® semblent entretenir avec cet endroit un rapport privilégié, comme si ce paysage, qui rappelle à plusieurs d’entre eux des souvenirs de jeunesse, cachait aussi de profonds et communs secrets.

Carte-de-La-Guillanne

Carte de La Guillanne

Le site est accessible par une route en impasse, qui aboutit au parking de la clinique gériatrique. Le flan sud-ouest des collines, par endroits interrompu par des décrochements rocheux, a également été creusé par l’exploitation d’une carrière, encore en activité. Un réseau de sentiers pédestres serpente d’une éminence à l’autre, entre prés, bois de feuillus et sapinières. Le charme de ce paysage en fait un lieu prisé des citadins en mal de grand air et de verdure.


pensionnat-de-La-Guillanne

L’édifice bâti au flan de la colline est a d’abord été un pensionnat catholique, destiné à l’éducation de garçons sans famille. L’orphelinat a fermé ses portes d’une manière abrupte. L’ordre religieux qui gérait l’établissement l’a vendu à une fondation laïque, qui l’a converti en clinique gériatrique.

 

— Vous dites encore « l’ancien orphelinat », sur le même ton que les vieux du coin.

C’est vrai, l’expression m’est restée. Comme si je peinais à admettre que, trente ans plus tôt, le pensionnat catholique s’était transformé en établissement gériatrique. Les bons pères qui tenaient l’institution l’avaient quittée en catastrophe. Un enfant était mort dans des circonstances scabreuses, si je me rappelle bien.  »

Métaquine®, Indications, Clotilde 7

Cercle-de-pierre

Des fouilles ont été entreprises sur plusieurs sites de la colline ouest, sans que soient mis à jour des vestiges dignes d’intérêt. Dans une clairière partiellement envahie par la végétation, des archéologues ont cru retrouver les traces d’anciennes fortifications, réduites au fil des siècles à quelques pans de murs disposés en cercle.

Si on quitte le sentier à cet endroit pour s’enfoncer dans la forêt, on débouche un peu plus haut sur une jolie clairière. De vieilles pierres à demi enfouies y font cercle comme les ruines d’un mur d’enceinte. Au milieu, un gros rocher disparaît presque sous la mousse. Le mamelon minéral ressemble au dos d’un animal fouisseur, ou à un taureau enterré à la va-vite au milieu de l’arène.  »

Métaquine®, Contre-indications, Clotilde 20

ISommet-de-la-crête

C’est au sommet de la colline ouest que les marques du passé sont le plus visibles. Derrière la vieille chapelle, que certains font remonter au Moyen-Âge, voire à une époque antérieure, un sentier remonte la crête jusqu’à d’autres ruines, probablement aussi anciennes mais dont il ne reste que des gravats informes.

L’endroit est plein de mystères. La petite chapelle sur la crête aurait été bâtie avec les pierres d’un sanctuaire celtique, dit-on, lui-même édifié sur les ruines d’une tholos néolithique. Et il y a tous ces vestiges de murs fortifiés, dont personne ne sait ce qu’ils protégeaient. Cela suffit à faire naître des légendes. « 

Métaquine®, Indications, Clotilde 7

Je me suis souvenu de ce que l’histoire locale et les curés de l’orphelinat affirmaient au sujet de La Guillanne. Une grosse tour de garde aurait surmonté la plus haute des collines, autrefois. D’autres chroniques remontaient plus loin dans le temps. On parlait d’une église fortifiée bâtie sur les ruines d’un sanctuaire gallo-romain. »

Métaquine®, Contre-indications, Henri 20


Autour de La Guillanne

Curtis-candrian-portrait-légende Régis-portrait_couleur_légende Henri-Totentanz-portrai_légende Sophie-portrait_couleur_légende Clotilde-portrait-légende Aurélia_portrait_légende Angela-portrait-couleur-lég Minot-stylo-légende Aveugle-légende Monstre_du_bois_portrait_légende archange-uriel-texte Bouche-dans-le-tronc,